AZERTY Blog

AZERTY Jobs
13/01/2016

#Lumière sur : La Winerie Parisienne, pour un vin 100% made in Paris !

WinerieParisienne - Team

Cette semaine sur [AZERTY Blog], on a envie de parler d’un produit qu’on aime profondément : le vin. En bons français que nous sommes, on a donc choisi d’interviewer Julien Bengué, co-fondateur de la Winerie Parisienne, une startup qui rêve de faire revivre la tradition viticole parisienne en produisant des vins fins et décomplexés 100% made in Paris. Un produit goûtu et historique, mais aussi un lieu de vie et un état d’esprit, vous l’aurez compris, on adhère complètement au projet ! À consommer (presque) sans modération.


[AJ] Hello Julien ! Tout d’abord, peux-tu nous dire d’où vient l’idée ?

[JB] Avec Adrien (le co-fondateur), nous nous sommes rencontrés à l’université avant de poursuivre nos aventures respectives scolaires (GEM et Kedge) et professionnelles dans deux univers différents : le vin à Bordeaux et le digital à Paris. Après quelques années, lui a voulu rentrer à Paris et je souhaitais changer de métier. Inspirés par nos voyages aux Etats-Unis et en Australie et notre passion commune pour le vin, nous avons tous les deux eu envie de dépoussiérer un secteur dont la France porte haut les couleurs dans le monde, mais au sein duquel elle a de plus en plus de mal à innover et à faire face à la concurrence.

Une idée un peu folle, initiée il y a 1 an autour d’un verre, est devenue réalité !

Winerie Parisienne9 - article AJ

[AJ] On sait que tu es passionné par l’histoire viticole parisienne, peux-tu nous en dire un mot ?

[JB] Bien sûr ! Pour commencer, il faut savoir qu’elle est quasiment millénaire. L’île-de-France a longtemps été un bassin de production de vin très important dont Paris était l’épicentre. Jusqu’au début du XXème siècle, l’artisanat et la transformation des matières sont très présents dans Paris intra-muros. On compte entre autres des chocolateries – Lombard, usines de sucre – Say, des moulins – Grands Moulins de Paris, ou encore des brasseries comme la Brasserie Lutèce.

Au début des années 70, l’activité viticole est encore très présente dans le Sud-Est Parisien. Les vins de Bordeaux transitent par la gare Masséna avant d’être élevés, assemblés et embouteillés dans la halle aux vins de Saint Bernard ou dans les chais urbains de Bercy. Le déclin de ces halles aux vins fait perdre à Paris sa place stratégique dans le négoce de vin entrainant une disparition brutale des emplois de la filière ainsi que de ces grands espaces parisiens.

Dans les pays anglo-saxons, la tendance est inversée. A la fin des années 60, de nombreuses « urban wineries » voient le jour, notamment en Californie. Ces entreprises artisanales importent les raisins de régions viticoles environnantes pour les vinifier au cœur des villes. Ces organisations proposent une nouvelle façon de produire et de faire du commerce (circuit court) et développent des activités qui viennent renforcer leurs modèles économiques en impliquant le consommateur au cœur du processus de fabrication.

La Winerie Parisienne a pour objectif de ressusciter cette tradition viticole parisienne en l’adaptant aux enjeux et aux consommateurs du XXIème siècle.

[AJ] Et concrètement, en quoi se différencie la Winerie Parisienne ?

[JB] La Winerie Parisienne veut devenir le 1er producteur de vin Parisien. En septembre dernier, nous avons installé le premier chai à Paris depuis 1970 dans une ancienne imprimerie du 11ème arrondissement dans lequel nous avons embouteillé notre première cuvée : Grisant.

En 2016, nous allons devenir vinificateurs. Comme les champenois, après avoir supervisé les récoltes de nos cépages préférés en région, nous allons les vinifier et les élever intégralement à Paris. A l’image des micro-brasseries urbaines, nous proposons aux parisiens et aux touristes, une expérience inédite dans un lieu de production innovant en mettant un coup de projecteur sur la filière viticole en plein cœur de la capitale.

En parallèle, nous nous mettons d’ores et déjà en réseau avec des acteurs locaux pour aider au développement de la vigne en Île-de-France et créer des vins 100% issus de l’agriculture francilienne.

[AJ] Votre positionnement : des vins « fins & décomplexés », c’est-à-dire ?

[JB] Pour 70% des consommateurs, choisir le vin est LA difficulté qui freine l’achat. Entre la complexité des linéaires, la multiplicité des notations, des médailles, des appellations, il est très difficile de se repérer. De plus, le consommateur perçoit toujours un risque élevé du fait de ne pouvoir s’assurer de la qualité avant l’achat. In Fine, hormis des consommateurs experts, le vin apparait comme un produit complexe, difficile à acheter et l’atomisation du marché rend difficile la mémorisation de marques contrairement aux Champagnes et Cognacs (entre autres).

Nous avons voulu proposer des vins à l’image des Parisiens : fins et décomplexés. Fins car bien que la consommation de vin en France soit davantage occasionnelle que régulière, la demande pour les vins de qualité est de plus en plus forte. Décomplexés car nous proposons une nouvelle logique de segmentation et de merchandising : un packaging et une logique de pricing unique, travail précis sur les qualités organoleptiques, les accords mets vins et les occasions de consommation qui vise à remettre de la clarté dans le produit acheté.

Notre première cuvée Grisant est déjà disponible dans 20 points de vente dans Paris. Allez goûter et dites-nous ce que vous en pensez !

[AJ] Quelles valeurs partagent les membres de votre équipe ?

[JB] À la Winerie, nous nous concentrons sur ce que nous savons faire de mieux : concevoir nos vins, imaginer les packagings qui modernisent les bouteilles, raconter notre aventure et des histoires, et surtout faire en sorte que vous puissiez dénicher toujours plus facilement nos bouteilles. Pour ce faire, notre équipe partage le goût de la créativité et de l’expérimentation, de la convivialité, du partage, de l’exigence qualité et du travail.

Nous aimons et habitons tous la ville de Paris et sommes issus de milieux où ces valeurs, qui sont celles du travail de la terre, sont au centre. Nous sommes tous passionnés, fiers et fidèles à l’héritage de la tradition viticole française et à l’histoire de sa capitale, Paris.

En résumé, nous croyons en :

  • L’entreprenance : le développement de soi, la liberté et les responsabilités associées ;
  • L’innovation : l’expérimentation, la créativité, sortir des sentiers battus et cultiver nos expertises uniques ;
  • L’authenticité : la fierté et la fidélité à l’héritage du vin français et l’histoire de Paris ;
  • La collaboration : l’association de toutes les parties prenantes à la marque et aux décisions.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

[AJ] Comment envisagez-vous le recrutement à la Winerie ?

[JB] La Winerie est une espèce de lieu de vie, de partage, de brassage et de joie de vivre. Notre équipe gère l’aventure localement : bureaux, cours d’œnologie, portes ouvertes, etc. mais l’espace est ouvert à tous, touristes, étudiants, chômeurs, voisins, qui veut vient !

Alors pour le recrutement, c’est un peu pareil, nous cherchons des gens motivés qui veulent vivre avec nous l’aventure de la Winerie. Nous aimons travailler avec des copains, c’est mieux ainsi ; en dehors des compétences nécessaires, nous cherchons toujours la personne avec qui nous voudrions partir en vacances.

[AJ] A priori, à quoi ressemblera la Winerie dans 10 ans ?

[JB] Je ne suis pas sûr de pouvoir être précis sur ce point, mais rêvons un peu :

  • Une entreprise géniale avec plein de copains, de copains de copains, etc.
  • Un chai gigantesque dans Paris ou tous les amateurs pourrons venir goûter, partager, collaborer
  • Des crus exceptionnels, d’Île-de-France et d’ailleurs.
  • On goûtera les vieux millésimes en se rappelant tendrement 2015…
  • Nos vins seront sur toutes les terrasses parisiennes, de France et du monde…
  • Une aventure en perpétuelle évolution, d’autres projets pour innover, encore, et aller plus loin !

[AJ] Merci Julien, et longue vie à La Winerie !

 Winerie Parisienne12

0 commentaire sur cet article

Ajouter un commentaire

*
*