AZERTY Blog

AZERTY Jobs
07/10/2015

#Startup : optez pour le coworking !

gangplank-sized

Qui dit coworking dit « télé-travail », autrement dit l’exercice d’une activité professionnelle à distance. Avec l’avènement du numérique, cette solution est devenue une alternative cohérente au sédentarisme mais aussi et surtout un vecteur d’amélioration de la qualité de vie au travail. Cette semaine sur [AZERTY Blog], gros plan sur un phénomène qui se développe à vitesse grand V et qui risquerait bien de révolutionner en profondeur nos traditions managériales.


Pendant longtemps, le périmètre du télétravail n’a pas bénéficié d’une définition précise. Pourtant, plusieurs expériences de ce type existaient déjà avec l’essor du travail à domicile et du nomadisme « gris ». C’est finalement l’entrée en vigueur des Lois Warsmann et Sauvadet (2012) qui a permis de stabiliser une définition légale du télétravail et ainsi d’en faire un mode d’organisation du travail « normal », en le cadrant dans les fonctions publiques de l’Etat :

« Le télétravail désigne ainsi toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux, de façon régulière et volontaire, en utilisant les technologies de l’information et de la communication, dans le cadre d’un contrat de travail ou d’un avenant à celui-ci ».

Bien qu’ayant connu un fort développement dans plusieurs pays industrialisés, notamment anglo-saxons et scandinaves, le télétravail reste encore peu développé en France (notamment parce qu’il n’existe pas suffisamment de « tiers-lieux » consacrés à cet usage). Certes, il s’est normalisé durant la dernière décennie et concernait déjà près de 12% des salariés français en 2014 – contre seulement 7% en 2005 – mais il reste toutefois très loin des 20% à 35% observé dans les pays de l’OCDE.

Capture d'écran 2015-10-06 14.48.11

Globalement, on constate que les sociétés françaises cultivent un management « old school » qui privilégie la présence au bureau afin d’avoir un contrôle plus direct sur le travail de leurs collaborateurs. Pourtant, certains corps de métier (typiquement ceux du web) sont très adaptés au télétravail. Trop nombreux sont ceux qui font quotidiennement le trajet domicile-travail uniquement pour allumer un ordinateur. Or aujourd’hui, seul une infime proportion des professionnels du web travaillent à distance plusieurs jours par semaine (4%). Et même si ce chiffre atteint 13% lorsqu’on élargit la fréquence à « au moins une fois par semaine », ça reste très peu pour une population comprenant beaucoup de « pure player ».

Aux Pays-Bas (un pays précurseur en la matière), la Ville d’Amsterdam a développé avec Cisco un projet intitulé Smart City, un réseau de 30 espaces de télétravail qui quadrillent la capitale néerlandaise. Ces « Smart Work Centers » sont une véritable révolution, aussi bien écologique que managériale, et font figure de modèle dans toute l’Europe ! En effet, grâce à ces installations, tous les habitants de la ville sont potentiellement à moins de 500 mètres d’un espace de travail collaboratif et les entreprises qui poussent à leur fréquentation réduisent ainsi le niveau de pollution induit par les allers/retours domicile-travail. Et ce n’est qu’une infime partie des externalités positives engendrées par ce dispositif !

UDL_coworking

L’enjeu principal pour les individus, c’est avant tout le gain potentiel en terme de bien-être. Or justement, une étude récente lancée par LBMG et Neo-Nomade (deux structures spécialisées dans les espaces de travail collaboratifs et l’accompagnement du travail à distance) a permis de mesurer concrètement les bienfaits du coworking. Pendant un an, 108 salariés de quatre grandes entreprises de région parisienne ont testé et approuvé la solution. Ainsi, 65% d’entre eux affirment que leur bien-être a augmenté grâce au télétravail et 64% qu’il a permis de limiter leur niveau de fatigue et de stress. Mieux encore : 70% estiment que l’utilisation du coworking les rend plus efficaces (et donc plus productifs) ! Finalement, et malgré les apparences, permettre à ses collaborateurs de travailler à distance peut être un pari gagnant pour l’employeur. Et c’est bien là tout l’enjeu !

En moins de 5 ans, plus de 350 espaces de coworking ont vu le jour en France, et plus de 3000 dans le monde. Globalement, plusieurs tendances structurelles soutiennent le développement du télétravail sur le long terme, lequel pourrait concerner un maximum de 50% de la population active à horizon 2020. Il s’agit notamment de la congestion croissante des infrastructures de transport, mais aussi du développement des nouvelles pratiques managériales par objectif ou encore de l’arrivée à maturité des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Autant de facteurs qui font de l’apparition du co-working de masse une nécessité.

0 commentaire sur cet article

Ajouter un commentaire

*
*